Fusions & Acquisitions, La première revue des raprochements d'entreprises

PAGES BPI

Bpifrance, un acteur majeur de la croissance économique en France

Le bilan de l’année 2018
commenté par Nicolas Dufourcq,
directeur général de Bpifrance

+ - télécharger en PDF Imprimer Envoyer l'article par e-mail
Selon Nicolas Dufourq, 2018 a été une année record pour le capital-innovation en France. BIG (Bpifrance Inno Génération) a réuni lors de sa 4eme édition 43.000 participants. Le rendez-vous pour la prochaine édition est donné pour le 10 octobre 2019.
« En 2018, Bpifrance a été un puissant catalyseur de la croissance des entreprises, en augmentant le maillage de ses interventions locales en financement, fonds propres et accompagnement. La hausse des crédits d’investissements aux TPE et PME, l’augmentation du nombre de PME bénéficiaires des outils publics d’aides à l’export, ainsi que la forte croissance du nombre de PME investies en fonds propres confirment l’ambition des entrepreneurs français. Pour susciter et accompagner cette ambition, les dispositifs de conseil et de formation à destination des PME et ETI sont passés à l’échelle supérieure grâce aux partenariats avec les Régions et avec les filières industrielles, permettant le lancement de 8 nouvelles promotions d’Accélérateurs PME sur l’ensemble du territoire. En 2019, Bpifrance se déploiera encore plus massivement en direction des créateurs d’entreprise et des TPE, avec son nouveau fer de lance, Bpifrance Création », a déclaré Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, en commentant le Bilan 2018 de la banque publique.
En 2018, les prêts des banques françaises garantis par Bpifrance ont représenté 8,7 milliards d’euros pour 60.801 entreprises. Les fonds de garantie couvrent les risques pris par les banques françaises sur les crédits, essentiellement aux TPE, qui, selon Nicolas Dufourcq, « représentent un socle fondamental de l’économie française et qui sont très peu bancarisées ».
A travers son activité financement, Bpifrance a accordé 19 milliards d’euros de crédits en 2018, ce qui représente une croissance de 9%, toutes lignes de crédit confondues. La croissance du crédit aux entreprises hors aides et prêts à l’innovation a été de 11%.
Avec 1,2 milliard d’euros d’aides et financements accordés en 2018, l’activité Innovation affiche un recul de 10%, mais reste à un haut niveau, après un doublement de l’activité entre 2013 et 2016. Le recul en montant unitaire et en volume des aides est le résultat d’une part de la baisse des ressources financières de l’Etat reçues par Bpifrance et d’autre part de la sélectivité des programmes nationaux (que ce soit concours, programmes collaboratifs ou filières) avec des exigences fortes en termes de montage de projets, de gouvernance, de degré d’innovation et d’enjeux industriels.
En revanche, l’activité de prêts aux entreprises innovantes est en forte croissance, avec 442 millions d’euros de prêts distribués, soit une hausse de 35%.
L’année 2018 a été marquée par le déploiement des actions du PIA (Programme d’Investissements d’Avenir) territorialisé en lien avec les Régions et le financement toujours important des start-up, avec 4.000 start-up financées, reflet de la dynamique de la French Tech.
En 2018, Bpifrance a élaboré son plan Deeptech, avec pour objectif de doubler le nombre de start-up Deeptech d’ici 2023 en créant un continuum de financement et d’accompagnement, depuis la création jusqu’à l’investissement en fonds propres.
Lancé en janvier, « le Plan Deeptech sera déployé en 2019 pour faire sortir 2.000 start-up technologiques des laboratoires de recherche scientifique,. 2019 verra également le métier d’investisseur de Bpifrance s’enrichir de la capacité à co-investir avec des Fonds souverains étrangers, grâce à l’intégration de CDC International Capital. Enfin, 2019, année de l’industrie, marquera la mobilisation générale de la banque pour les entreprises de la French Fab dont le lancement du French Fab tour à Laval le 15 janvier a marqué le coup d’envoi », poursuit Nicolas Dufourcq.
« Notre objectif consiste à fabriquer des ETI technologiques avec des usines et des emplois » lance Nicolas Dufourcq.
Bpifrance a, par ailleurs, signé un partenariat avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour les prêts aux ETI. « C’est la première fois que la BEI nous accompagne en co-financement de nos prêts aux entreprises de taille intermédiaire », commente Nicolas Dufourcq.
L’année dernière, Bpifrance a également intégré les équipes de CDC Capital International, structure qui créait et entretenait les partenariats entre la sphère publique française et les fonds souverains étrangers.
Au total, Bpifrance a investi 2 milliards d’euros avec des investissements directs dans 247 entreprises (contre 213 entreprises en 2017). « Nous avons financé 50 fonds partenaires du private equity français », ajoute Nicolas Dufourcq.

CAPITAL-INVESTISSEMENT

Capital Innovation

L’activité d’investissement direct en capital-innovation a connu une forte croissance en 2018. 328 millions d’euros ont été mobilisés dans 104 entreprises contre 274 millions pour 87 entreprises en 2017. Cette hausse est notamment due à une activité toujours soutenue du fonds de Capital Croissance, Large Venture et au démarrage en 2018 du fonds Definvest, géré par Bpifrance et la Direction Générale de l’Armement (5 millions d’euros investis en 2018 dans le secteur de la Défense) et du fonds Patient Autonome (4 millions d’euros investis en 2018). « L’objectif 2019 est de financer 350 entreprises via l’activité d’investissement direct en capital-innovation », confie Nicolas Dufourcq.
En 2018, Bpifrance a notamment investi dans DBV Technologies, Doctolib, ManoMano, Agricool, Cybelangel, Scality…
Les cessions réalisées en Capital Innovation sont en hausse de 19% sur l’année 2018 et représentent 120 millions d’euros. Elles sont concentrées sur le pôle Numérique (4 opérations pour 43 millions d’euros) et sur le pôle Industries créatives. A noter la cession totale de G2 Mobility à Total, réalisée par les équipes du Fonds Ecotechnologies.

Capital-développement : PME, ETI et Grandes Entreprises
L’activité de la Direction du Capital Développement (divisions Mid & Large Cap et Small Cap/PME) a fortement progressé en termes de nombre d’entreprises investies, celui-ci passant de 126 sociétés en 2017 à 143 sociétés en 2018. Aucune opération exceptionnelle n’ayant eu lieu en 2018, les montants investis ont reculé, passant de 2.691 millions d’euros en 2017 (rachat de la participation de l’Etat dans le Groupe PSA), à 732 millions d’euros en 2018.
L’année 2018 est marquée par de nombreux nouveaux investissements dans des ETI et PME françaises, notamment dans le secteur de la TEE (dont Greenyellow pour 50 millions d’euros), de l’Education (Galileo pour 25 millions d’euros) et du Tourisme (dont Escalotel pour 7 millions d’euros ou encore Parc Spirou pour près de 3 millions d’euros). Des investissements significatifs ont également eu lieu au capital d’entreprises familiales (comme Beneteau) et industrielles (comme Plastic Omnium pour 22 millions d’euros).
De nouvelles sociétés industrielles innovantes telle Metabolic Explorer dans la chimie verte, ont été investies par le fonds SPI (Société de Projets Industriels), acteur clé de la réindustrialisation des territoires, dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir et du Plan Juncker de la Banque Européenne d’Investissement.
« Le pôle investissement direct dans les PME a connu la dynamique la plus impressionnante en 2018 : il est en croissance de 59% par rapport à 2017. 196 millions d’euros ont été déployés dans 104 opérations. Plus d’une entreprise sur deux a ouvert son capital pour la première fois. Notre rôle consiste à apporter ce dealflow au fonds de private equity français car Bpifrance n’investit jamais seul... Bpifrance engage les familles dans l’aventure de l’ouverture du capital. Le ticket moyen de nouveaux investissements est en forte hausse, à 2,5 millions d’euros, contre 1,65 millions en 2017. Aujourd’hui, nous avons 475 PME en portefeuille », commente Nicolas Dufourcq.
La Direction du Capital Développement a confirmé en 2018 la volonté d’accélérer la rotation de son portefeuille d’ETI et de PME. Le rythme de cessions s’est accru, avec 128 opérations contre 110 en 2017. Aucune cession dans la catégorie  Grandes Entreprises n’a été réalisée cette année expliquant ainsi des montants de cessions qui s’élèvent à 620 millions d’euros contre 1.629 millions d’euros en 2017.
Les cessions de PME ont totalisé 124 millions d’euros (en hausse de 34% par rapport à 2017) et les cessions de participations dans le segment Mid & Large Cap ont représenté 496 millions d’euros. Bpifrance a également cédé une petite partie de sa participation dans le groupe Neoen à l’occasion de son introduction en Bourse.

Fonds de Fonds : Forte implication du métier au service de la montée en puissance des fonds d’investissement français
Après la hausse significative des souscriptions observée en 2017, les montants en 2018 restent à un niveau élevé de 962 millions d’euros (vs. 1.040 millions d’euros en 2017), « ce qui fait de Bpifrance le plus gros fonds de fonds européen ». 50 souscriptions ont été réalisées dont 37 dans de nouveaux fonds. Les souscriptions sont réparties de manière équilibrée entre les fonds de capital innovation et les fonds small cap, aussi bien nationaux que régionaux.
« 2019 se profile à des niveaux historiquement élevés », note Nicolas Dufourcq.
Afin d’augmenter l’impact historique de la direction des fonds de fonds auprès de ses fonds partenaires, Bpifrance a créé début 2018 un Accélérateur Fonds Partenaires rassemblant 9 sociétés de gestion. En 2019, une nouvelle promotion de 10 gérants partenaires intègrera l’Accélérateur Fonds Partenaires.
« Au total, Bpifrance compte aujourd’hui près de 850 entreprises en portefeuille. Les fonds sous-jacents en ont 4.000 », précise Nicolas Dufourq. « 1 euro souscrit par Bpifrance engendre 5 euros souscrits par les investisseurs institutionnels privés ». En 2018, Bpifrance a organisé un road show aux Etats-Unis pour convaincre les investisseurs institutionnels américains à investir davantage dans les fonds de capital-risque français. « La place française est devenue la plus importante place européenne. Les fonds français détiennent aujourd’hui 40% du marché du capital-risque européen. 50% des fonds de capital-risque français ont une présence à l’international », souligne le Directeur Général de Bpifrance. En décembre, une trentaine d’investisseurs américains sont venus en France afin de rencontrer les fonds et les start-up français.

ACCOMPAGNEMENT
Quant à l’accompagnement,  qui a désormais sa propre direction exécutive, plus de 15.000 missions de formation et de conseil ont été déployées. « L’Accélérateur est un produit phare de Bpifrance, très sollicité par les communautés professionnelles », souligne le Directeur Général de Bpifrance.
« Les accélérateurs, ces programmes intensifs qui durent deux ans, connaissent un grand succès depuis leur lancement en 2015. Ils satisfont 99,0% de nos clients. Par conséquent, nous avons augmenté le nombre d’accélérateurs », commente Nicolas Dufourcq. « Notre objectif 2019 consiste à faire passer dans nos Accélérateurs 950 entreprises. Aujourd’hui, le nombre total des entreprises « accélérées » s’établit à 640 ».
En 2018, décision a été prise par le ministère des Finances et de l’Industrie de déployer un accélérateur par filière du Conseil National de l’Industrie et de confier cette mission à Bpifrance.
L’année 2019 sera très fortement marquée par le déploiement de nouvelles missions en soutien à la création et à l’entrepreneuriat. « Nous avons repris l’Agence France Entrepreneur ainsi que l’orchestration du réseau d’accompagnement de la Caisse des dépôts et Consignations », précise Nicolas Dufourcq.
D,es partenariats étroits seront mis en place avec l’ensemble des Réseaux de soutien à la création d’entreprise et les acteurs qui les accompagnent. Cette nouvelle activité permettra d’intervenir à hauteur de près de 70 millions d’euros chaque année pour accompagner plus de 200.000 porteurs de projets partout sur le territoire.
Enfin, Bpifrance est partenaire des 18 régions françaises. 1,6 milliard d’euros de crédits ont été mobilisé grâce au dispositif commun de Bpifrance et des régions. « Les Régions vont surtout nous aider à déployer toutes nos actions vers les TPE », note Nicolas Dufourcq.« Bpifrance pour tous », c’est le nom du programme qui nous permet d’aller vers les créateurs d’entreprises », explique le patron de Bpifrance.
article à la une
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie une fois connecté à vos identifiants, ceci vous permettant de naviguer pleinement sur notre site.