Fusions & Acquisitions, La première revue des raprochements d'entreprises

PAGES BPI

Bilan du deuxième accélérateur PME

Bpifrance dévoile le bilan de la deuxième promotion de l’Accélérateur PME (2016-2018), qui vient d’achever son cursus de 24 mois d’accompagnement basé sur du conseil, de la formation et de la mise en réseau. La banque présente également à cette occasion la quatrième promotion de l’Accélérateur PME (2018-2020).

+ - télécharger en PDF Imprimer Envoyer l'article par e-mail
L’Accélérateur PME de Bpifrance a pour objectif d’aider les dirigeants de PME à prendre du recul stratégique et booster la croissance de leur entreprise. Il offre aux entreprises sélectionnées une formation d’excellence, équivalent d’un executive MBA, pour les dirigeants et les membres de leur comité de direction. Les accélérés disposent également d’une palette d’outils visant, notamment, le renforcement des compétences, la structuration de l’entreprise, l’innovation, l’amélioration de la performance commerciale, la conquête de nouveaux marchés à l’international, la digitalisation, ou encore le développement d’un réseau relationnel d’excellence.
A l’issue de cette deuxième promotion, les 58 entreprises impliquées ont augmenté leur rythme de croissance.
Le chiffre d’affaires moyen des entreprises « accélérées » est passé de 24 millions d’euros en 2015 à 30 millions en 2017, soit une croissance de 25% (35 millions prévus en 2018, +17%). Le chiffre d’affaires cumulé à l’export est passé de 402 millions d’euros en 2015 à 492 millions en 2017, soit une hausse de 22% sur deux ans (618 millions prévus en 2018, +26%).
Fanny Letier constate une dynamique très forte de la promotion. « Nous sommes très satisfaits quant à l’impact de l’Accélérateur sur l’emploi puisque les effectifs moyens ont progressé de 34% en deux ans pour passer de 124 employés en moyenne en 2015 à 166 en 2017 (189 prévu pour 2018, +14%).
« La forte croissance des effectifs de nos accélérés démontrent qu’ils se structurent, en particulier les entreprises  industrielles, pour délivrer les carnets des commandes futurs. Les PME embauchent par anticipation, en vue de délivrer le chiffre d’affaires prévisionnel, ce qui explique en partie cette belle dynamique », commente Fanny Letier, Directrice Exécutive Fonds Propres PME et Accompagnement de Bpifrance.
47% des entreprises participantes affichent une croissance à deux chiffres à l’issue du programme. Au total, ces entreprises ont créé près de 1.900 emplois supplémentaires.
« Nous avons atteint notre objectif : la prise de recul stratégique pour croitre et savoir où on va. 91% des entreprises ont formalisé leur stratégie à long terme et structuré un projet durable... On construit des trajectoires à long terme. 67% des entreprises ont réalisé la digitalisation de leur processus interne. C’était une petite faiblesse de la promo 1 que nous avons corrigé. Cette fois, nous n’avons pas fait de sessions dédiées au digital, mais nous avons parlé du digital dans toutes les sessions de formation, dans toutes les interventions en conseil. C’est  probablement, la meilleure manière de parler de la digitalisation dans ses applications concrètes pour vendre, produire, piloter et se transformer », estime Fanny Letier. 65% des entreprises ont réalisé une accélération de leur développement commercial et 59% ont entamé une démarche d’innovation et/ ou de R&D. Enfin, 40% se sont développés sur de nouveaux marchés à l’international.
« Bpifrance souhaite enclencher des dynamiques qui vont se poursuivre une fois le programme terminé. L’objectif pour l’entreprise est de s’installer sur une ambition de croissance, avec tous les outils de pilotage nécessaires », souligne Fanny Letier.
« Preuves à l’appui, 82% des entreprises « accélérées » ont mis en place des indicateurs de suivi de leur stratégie et 79% ont repensé leur business plan », note-t-elle.
En ce qui concerne l’innovation, « nous avons souhaité qu’elle fasse partie de la culture d’entreprise, d’en faire une démarche naturelle. Pour nous, l’innovation ne concerne pas uniquement la R&D, c’est bien plus large. Ainsi, 36% des entreprises ont lancé un projet de R&D interne ou externe. 87% ont réalisé une innovation de produit ou de service, sans forcément lancer des investissements lourds en termes de R&D », commente Fanny Letier.
La transformation digitale passe aussi par une plus grande visibilité digitale. La e-réputation n’est pas forcément le reflexe des PME. 55% des entreprises accompagnées ont renforcé leur communication digitale, « ce qui a de la valeur pour le développement commercial et pour attirer les talents ».
« Si l’on fait un focus sur les entreprises industrielles, engagées dans La French Fab (22 industriels de la promotion), un quart des entreprises accélérées ont entamé une démarche de robotisation, 23% ont réalisé une démarche pour revoir et transformer leur système d’information, 9% ont mené un chantier de data analytics. 9% également ont effectué une démarche concernant l’Internet des objets. Notre industrie dispose aujourd’hui d’une fenêtre de tir pour changer la donne, elle s’y engage », constate Fanny Letier.
Sur le développement commercial, 82% des participants ont répondu qu’ils ont conquis de nouveaux marchés. 82% également ont mis en place de nouveaux outils de prospection commerciale et, enfin, quasiment les trois quarts ont revu et renforcé leurs équipes marketing et commerciales.
« C’est un thème qui m’est cher car je considère que la France est un pays créatif, d’innovateurs, d’inventeurs, d’ingénieurs. Mais on ne sait pas vendre. C’est l’une de nos principales faiblesses pour gagner des marchés. L’Accélérateur consacre beaucoup de temps sur les questions de performance commerciale et d’approche client », souligne Fanny Letier.
Sur l’international, parmi les 40% des entreprises ayant estimé que le programme a été transformant, 83% se sont développées via l’export. C’est l’Asie, et notamment la Chine, qui a été la plus ciblée par les entreprises de l’Accélérateur. 52% des entreprises ont inauguré une nouvelle implantation.
Au sein de la deuxième promotion de l’Accélérateur PME, le renforcement d’effectifs a été significatif.
67% des entreprises de la promotion ont engagé au moins un des chantiers RH suivant :
  • Mise en place d’une politique RH dans leur structure visant à attirer les talents.
  • Mise en place d’un plan de recrutement formalisé.
Le renforcement de la performance opérationnelle est aussi un élément important du programme. 71% des entreprises ont amélioré leurs outils de pilotage, 62% ont engagé une démarche d’amélioration de la performance industrielle, 28% ont réalisé une démarche opérationnelle concernant la gestion de stocks avec un impact immédiat sur le cash et 28% ont réalisé une démarche opérationnelle concernant les achats et les approvisionnements.
85% des dirigeants qui ont suivi le programme le recommandent ; 82% d’entre eux souhaitent une suite au programme. « Ils souhaitent poursuivre la dynamique avec nous au-delà de l’Accélérateur. Ils souhaitent garder ce collectif d’entrepreneurs, cet ADN et cette ambition, à la fois pour eux-mêmes, pour leurs salariés, pour leurs entreprises mais aussi pour leurs territoires et pour la croissance de l’emploi en France. Ce sont nos ambassadeurs », commente Fanny Letier.
41% des entreprises sortant du programme souhaitent continuer à travailler sur le sujet des ressources humaines. « C’est le nerf de la guerre... Pour une PME, c’est compliqué de recruter. Entre les start-ups qui brillent et qui attirent les jeunes avec leur adrénaline et les grands groupes qui rassurent, les PME doivent se battre pour attirer les jeunes et les talents ».
Quant au développement des ventes, deuxième sujet phare pour 41% des accélérés, « je pense qu’on peut trouver une réserve de croissance rien qu’en changeant la manière dont on aborde les clients en gardant les mêmes produits », estime Fanny Letier.
Le troisième sujet post-accélérateur important est l’amélioration de la performance opérationnelle en prévision d’un retournement du cycle. 39% des entreprises de la promotion souhaitent continuer à y travailler.
« Bpifrance m’a permis d’aller au-delà de mes ambitions. Le programme Accélérateur créé par Bpifrance apprend à oser et à ne pas se limiter », a déclaré un entrepreneur de la promotion lors de la conférence de presse consacrée au bilan de la deuxième promotion. Son entreprise était entrée dans l’Accélérateur avec 15 millions d’euros de chiffre d’affaires. Aujourd’hui, elle en réalise 50. « On ne l’aurait pas fait sans être accompagnés. L’Accélérateur offre aux dirigeants de PME toute une palette d’outils nécessaires pour avancer… D’autre part, le fait de voir à ses côtés 58 entreprises avec 58 expériences différentes, c’est extraordinaire », souligne le dirigeant.
« Ce programme est un énorme investissement de part et d’autre. Bpifrance y met énormément de moyens. Mais c’est aussi très engageant pour le dirigeant et pour ses équipes qui doivent embarquer leur entreprise dans une dynamique de croissance », ajoute Fanny Letier.
Quant à la nouvelle - quatrième - promotion de l’Accélérateur PME, elle vient de débuter son parcours avec pour ambition de transformer en ETI les PME participantes, dont le chiffre d’affaires médian à l’entrée du programme est de 22 millions d’euros, avec 129 collaborateurs en moyenne.
article à la une
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie une fois connecté à vos identifiants, ceci vous permettant de naviguer pleinement sur notre site.