Fusions & Acquisitions, La première revue des raprochements d'entreprises

DOSSIERS

Palmarès 2016 des conseillers financiers en fusions-acquisitions

par Marina Guérassimova
Fusions & Acquisitions Magazine

+ - télécharger en PDF Imprimer Envoyer l'article par e-mail
En 2016, la plus importante opération par sa taille fut le rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia, d’un montant de 15,6 milliards d’euros.
Ce rapprochement fut orchestré par Bank of America Merrill Lynch (n°1 de notre Palmarès), Zaoui & Co, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Lazard, Credit Suisse et Crédit Agricole CIB côté Alcatel-Lucent. Quant à Nokia, le groupe a été accompagné par JP Morgan, Deutsche Bank, Citi et Société Générale.
La deuxième opération de l’année par sa taille fut le rachat de l’américain Airgas par Air Liquide pour 12,6 milliards d’euros qui a permis au groupe tricolore de devenir le n°1 du marché mondial des gaz industriels devant l'allemand Linde, et le n°1 incontestable sur le marché américain des gaz industriels, le plus important au monde. Cependant, le rapprochement de Praxair avec Linde devrait prochainement ravir à Air Liquide sa place de n°1 mondial.
Dans cette opération, Airgas fut assisté par Bank of America Merrill Lynch et Goldman Sachs, tandis que Barclays, BNP Paribas et Société Générale ont conseillé Air Liquide.
Ce deal est suivi par le rachat de l'opérateur mobile britannique EE par son compatriote British Telecom pour un montant total de près de 16 milliards d’euros. Cependant, notre classement ne retient que la moitié de ce montant, correspondant aux parts cédées par Orange, seule partie française de l’opération.
Le deal a été conseillé par Bank of America Merrill Lynch, Morgan Stanley, Barclays et Citi côté cédant et par Goldman Sachs, JP Morgan et Perella Weinberg côté acheteur.
Vient ensuite le rachat par les Caisses Régionales du Crédit Agricole de la participation que Crédit Agricole SA détenait dans leur capital (25%) pour un total de 18 milliards d’euros. Cependant, seule la part correspondant au free float de CA SA a été retenue dans notre Classement, compte tenu de la structure actionnariale (les Caisses Régionales sont majoritaires dans le capital de CA SA), soit un crédit de 7,8 milliards d’euros pour les banques conseils impliquées : Morgan Stanley, Credit Suisse, Rothschild, CA CIB et Citi.
Une autre opération “atypique” de ce Palmarès fut Kansai Airports. Il s’agit en effet d’une concession de 44 ans accordée à Vinci pour l’exploitation de deux aéroports de la région du Kansai au Japon. Dans cette opération, Vinci et son partenaire nippon, Orix, créent une joint-venture, dont le groupe français détient 40% du capital. Le montant retenu dans le classement correspond à la part investie par Vinci dans la société commune.
En 2016, Bank of America Merrill Lynch - leader incontestable du classement - est intervenue sur 18 opérations d’un montant total de 52,6 milliards d’euros, une belle progression par rapport à 2015 : la banque occupait alors la 9ème place du Classement.
Le n°2 du Palmarès, Morgan Stanley, affiche une ascension constante depuis trois ans : sixième en 2014, la banque occupait la place de n°3 en 2015.
Quant à Rothschild - n°3 de notre Palmarès en valeur - la banque a été championne en nombre d’opérations : elle en a conseillé 131 en 2016.
JP Morgan passe de la 8ème place en 2015 à la 4ème place en 2016. La banque est suivie par BNP Paribas. N°2 en 2015, cette dernière a cependant réalisé une belle année en M&A en 2016. Outre les opérations mentionnées dans notre tableau, elle est intervenue sur le deal Cablevision / Altice qui ne fait pas partie de notre Palmarès (l’entreprise de Patrick Drahi étant considérée comme une société néerlandaise). Dans cette opération, Altice fut également assisté par JP Morgan et Barclays.
N°6 du Palmarès, la Société Générale réalise une belle performance : elle a été le n°12 en 2015. Viennent ensuite Crédit Agricole CIB (incluant les opérations de Sodica), Goldman Sachs et Citi, respectivement n°10, n°4 et n°11 du Palmarès en 2015.
Parmi les plus belles progressions, mérite d’être mentionnée celle de Clearwater International (anciennement Easton Corporate Finance), qui passe de la 27ème place en 2015 à la 18ème place en 2016. Natixis - Natixis Partners progresse également en passant de la 19ème position en 2015 à la 16ème position en 2016. Bryan Garnier & Co prend la 22ème place du Palmarès (n°28 l’année précédante). OES gagne trois places en passant du n°29 au n°26.
Plusieurs acteurs ont rejoint notre Classement en 2016 : il s’agit de Degroof Petercam, Invest Corporate Finance, Vulcain, Alantra, Ohana & Co et Linkers.
Sans surprise, BNP Paribas se trouve en tête de notre Palmarès sur 3 ans (2014, 2015 et 2016), sans doute le Classement le plus intéressant en matière des opérations de fusions-acquisitions completed, avec un total de 186 milliards d’euros pour 174 opérations conseillées. La banque est suivie par Rothschild, avec 176,5 milliards pour 333 opérations (leader incontestable en nombre de deals !). Le n°3 de notre Classement sur 3 ans est Morgan Stanley (avec plus de 163 milliards d’euros). La banque américaine est suivie par Lazard (avec plus de 150 milliards) et par Goldman Sachs (près de 145 milliards).
En 2017, de nombreuses opérations de M&A de taille devraient être finalisées. Parmi elles, l’opération d’échange de l’activité Santé Animale de Sanofi (Merial) contre l’activité Santé Grand Public de Boehringer Ingelheim ou encore le rachat de WhiteWave Foods par Danone et celui de la participation d’EDF dans RTE (49,9%) par CDC et CNP Assurances. Méritent également d’être mentionnées les opérations Pioneer Investments / Amundi, le rachat par Dynegy des activités d’Engie dans les énergies fossiles ou encore la reprise de l’allemand Atotech (filiale de Total) par Carlyle et celle d’Areva NP par EDF.


Méthodologie
Ce classement reprend les opérations de M&A finalisées entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2016 :
Il tient compte de la nature du mandat confié : lorsque les équipes M&A interviennent dans une exécution M&A, l'opération peut faire partie de notre classement.
- Outre les opérations de cession, acquisition, fusion ou rétrocession, le Palmarès inclut les transactions de LBO, de build-up et de spin-off. Les joint-ventures en font également partie.
- L'acquéreur, la société reprise ou le cédant est français.
- Le montant retenu pour une transaction est la valeur d'entreprise (enterprise value), c'est-à-dire equity + dette financière nette. Il correspond à la valorisation du pourcentage réel acquis ou cédé.
- Lorsqu'une opération est co-conseillée par plusieurs banques, chacune est créditée du montant total de la transaction, à l'exception des missions de conseil confiées par un vendeur minoritaire ou des deals où l'intervenant conseille seulement une partie de l'opération.
- Une fusion est retenue sur la base de la valeur de la société absorbée.
- La valeur de l'opération est indiquée en euros.
Les opérations suivantes ne seront pas retenues dans le classement :
Étranger/étranger, « fairness opinion », opérations ECM, « bought deal », missions d'audit.
article à la une
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie une fois connecté à vos identifiants, ceci vous permettant de naviguer pleinement sur notre site.