Fusions & Acquisitions, La première revue des raprochements d'entreprises

DOSSIERS

« L’Allemagne nous paraissait être un marché spécifique qu’il fallait aborder avec une acquisition »

Entretien avec Patrick Rivière,
Directeur Général, La Française 


+ - télécharger en PDF Imprimer Envoyer l'article par e-mail
Déjà présente en Allemagne, La Française a récemment finalisé l’acquisition de Veritas Investment GmbH et de Veritas Institutional GmbH, basées respectivement à Francfort et à Hambourg.
« Le groupe Veritas, présent en Allemagne depuis 1991, a un passé plus ancien que la filiale allemande de La Française. Veritas a deux branches. La première – la plus ancienne –Veritas Investment GmbH, est située à Francfort. A l’origine, cette structure était détenue par SG Asset Management (filiale du groupe Société Générale). En 2008, elle avait été rachetée par le fonds de private equity Augur Capital. En parallèle, le fonds avait lancé une activité à Hamburg, Veritas Institutional GmbH, tournée vers la clientèle institutionnelle. Ces deux structures avaient fait l’objet d’un rapprochement ayant permis de construire le groupe Veritas, cédé à La Française dans son ensemble », explique Patrick Rivière, Directeur Général de La Française.
Cette acquisition représente une étape importante dans la stratégie de développement à l’international de La Française et souligne l’importance du marché allemand pour l’acteur français. L’Allemagne devient le deuxième marché pour le groupe, après la France, en taille d’encours. Aujourd’hui, la Française y compte 50 professionnels dont 20 issus de sa filiale existante, et gère 7 milliards d’euros d’actifs pour le compte d’investisseurs institutionnels et particuliers. « C’est la clientèle Veritas qui représente l’essentiel de nos encours », souligne Patrick Rivière.
Avec cette acquisition, La Française atteint deux objectifs qu’elle s’est fixée dans son plan à moyen terme-2020 : pouvoir dépasser la barre des 70 milliards d’euros d’actifs sous gestion, dont plus de 25% pour compte d’investisseurs internationaux. 
La Française était présente à Francfort depuis le rachat en 2014 des activités immobilières de Cushman & Wakefield Investors, implanté en Allemagne et au Royaume-Uni. Le groupe souhaitait se renforcer sur le marché allemand. Depuis deux ans, il cherchait des opportunités d’acquisitions outre-Rhin, assez limitées dans son métier : « L’Allemagne ne compte qu’une petite trentaine de sociétés de gestion indépendantes. Par conséquent, il y a assez peu de points d’entrée sur le marché allemand. L’opportunité s’était présentée à la fin du premier trimestre 2018, avec un fonds de private equity qui cédait sa participation dans Veritas », commente le Directeur Général de La Française. « Notre objectif premier à travers cette acquisition consiste à devenir un acteur domestique en Allemagne, avec des équipes sur place. Le marché allemand de l’asset management est très intéressant : il est très important par sa taille et très varié dans ses composantes de clientèle… La particularité de l’Allemagne ? C’est un marché très décentralisé, très différent du marché français. En France, en couvrant la région parisienne, les acteurs couvrent une grande partie de la clientèle économique pour l’asset management. En Allemagne, le marché a une couverture géographique beaucoup plus dense, avec une forte présence locale. L’Allemagne nous paraissait être un marché spécifique qu’il fallait aborder avec une acquisition », confie notre interlocuteur.
« A partir de ces deux implantations à Francfort et à Hambourg, La Française va rayonner sur l’ensemble de l’Allemagne », ajoute-t-il.
La Française va enrichir l’offre de Veritas en Allemagne en y intégrant ses produits. « L’objectif de La Française consiste désormais à vendre l’ensemble de ses produits à travers cette plate-forme en Allemagne. En parallèle, nous allons exporter l’expertise de gestion de Veritas en dehors de l’Allemagne », précise Patrick Rivière.
Quant aux métiers exercés par La Française en Allemagne, le groupe y propose aujourd’hui un « dispositif complet avec des équipes commerciales et marketing, les équipes de gestion de valeurs immobilières et mobilières. Ce dispositif est focalisé sur les métiers de l’asset management. Nous commercialisons les produits de La Française auprès de la clientèle allemande. L’équipe immobilière permet à la clientèle européenne et asiatique d’investir en immobilier allemand. Une équipe de gestion de valeurs mobilières gère des fonds localisés en Allemagne et qui ont vocation à être commercialisés en dehors de l’Allemagne », développe notre interlocuteur.
Selon lui, le processus transactionnel était « assez classique à part le fait que nous devions travailler avec une documentation à 100% en allemand, ce qui alourdit le processus des due diligences et le processus juridique. Toute la documentation juridique, les contrats, les comptes, tout est en allemand. … C’est entre guillemets la principale difficulté de cette acquisition … Au niveau de l’intégration, il faut également mobiliser des équipes qui parlent allemand, ce qui est moins facile que de mobiliser des collaborateurs anglophones mais cela peut être source de promotions », sourit le Directeur Général de La Française.
« C’est nouveau pour le groupe car, par le passé, La Française avait été amenée à faire des acquisitions soit dans un univers français, soit dans un univers anglo-saxon », note-t-il.
Quant aux acquisitions à venir, « comme nous l’avons déjà évoqué, les opportunités sont assez rares en Allemagne. La possibilité qu’elles se représentent à court terme est relativement faible. Nous considérons que Veritas nous a donné une base domestique nécessaire que nous avons l’intention de développer. Aujourd’hui, en termes d’acquisitions, nous ne sommes plus focalisés sur l’Allemagne. Nous regardons du côté du Royaume-Uni (à concrétiser après le Brexit), notamment en immobilier », confie notre interlocuteur.
« Aujourd’hui, 30% de nos clients sont d’origine non française, avec 2 zones commerciales importantes : l’Europe (notamment l’Espagne, l’Italie, le Benelux et l’Allemagne), où nous avons vocation à vendre la totalité de nos produits, et l’Asie, où nous avons une activité immobilière importante, notamment en Corée. A travers nos produits, nous commercialisons auprès de notre clientèle asiatique l’accès au marché immobilier européen », précise Patrick Rivière. En Asie, son groupe a une approche d’implantation commerciale et n’envisage pas d’acquisitions. 


Dans cette acquisition, Kramer Levin a conseillé La Française avec une équipe dirigée par Dana Anagnostou (associée), assistée de Manon Speich et Océane Vassard (collaboratrices), ainsi que de Marco Plankensteiner (associé, Concurrence), assisté de Pauline Dessèvre et Mathilde Vergnaud. L’équipe est intervenue en collaboration avec SZA agissant en qualité de conseil allemand de GLF, et notamment Christoph Nolden, Andreas Herr, Joachim Nerz (regulatory), Steffen Henn (IP) et Michael Maxim Cohen.
Le cédant –Augur – était accompagné par CMS Hasche Sigle.
Ernst & Young Allemagne a piloté le processus de vente pour Augur.
Côté due diligences, La Française a travaillé avec Ernst & Young France.
article à la une
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie une fois connecté à vos identifiants, ceci vous permettant de naviguer pleinement sur notre site.