Fusions & Acquisitions, La première revue des raprochements d'entreprises

AVIS D'EXPERT

Les fusions et acquisitions, un secteur qui parie sur l’innovation

par Alexandre Grellier,
Président Directeur Général de Drooms


 
      Malgré un contexte d’instabilité politique et de fluctuations économiques, le secteur du M&A reste positif, grâce notamment à des stratégies ancrées dans l’innovation. Pour les professionnels de la finance, la technologie va changer radicalement la façon de travailler et permettre de faire face aux défis croissants du secteur.


 

+ - télécharger en PDF Imprimer Envoyer l'article par e-mail
Des stratégies fondées sur l’optimisation de portefeuille et la création de valeur
Selon le Boston Consulting Group1, 25% des transactions globales sont des achats stratégiques pour des entreprises qui veulent réajuster et optimiser leur portefeuille. Dans ce milieu, l’époque où un groupe se spécialisait dans un domaine particulier est bel et bien révolue.
En 2017, les professionnels sont à la recherche de cibles potentielles d’investissement. Le mot d’ordre est « construire de la valeur », et ce également dans des secteurs inconnus. De la même façon que Google a investi dans la technologie automobile avec sa voiture automatique, plusieurs groupes suivent l’exemple et montrent un intérêt croissant pour des secteurs indirectement liés aux leurs, cela dans le but de créer des portefeuilles plus variés. Ainsi, 20% des nouvelles acquisitions voient l’achat de nouvelles technologies comme raison principale de l’opération.
L’un des plus gros deals de 2016, le rachat de LinkedIn Corp. par Microsoft Corp. pour 26,2 milliards de dollars est un très bon exemple de consolidation dans le secteur technologique. À côté des géants, par contre, le marché sera tout autant caractérisé par des transactions à l’image de la flexibilité, de petite ou moyenne taille. De manière générale, la révolution numérique pousse même les entreprises qui, jusqu’à présent, n’investissaient pas dans la technologie, à en relever le défi.

Grâce aux big data, les investisseurs peuvent mieux cibler
Face aux changements si rapides du marché et au besoin de réagir rapidement, les professionnels du secteur peuvent désormais compter sur l’apport analytique offert par la technologie du big data. Quand il s’agit de cibler des géographies ou des secteurs nouveaux, c’est souvent cette expertise qui manque, et  ces transactions ne seraient pas possibles sans l’appui des outils analytiques.
Dans le cadre d’un deal par exemple, l’entreprise cible est objet d’analyses précises et de processus de due diligence rigoureux et efficients. Tout cela est rendu possible grâce aux nouvelles technologies qui rassemblent toutes sortes de données relatives aux mouvements d’investissement d’une entreprise. L’utilisation de ces outils conduit finalement à des plus hauts taux de clôture des transactions.
Le défi pour les professionnels de la finance sera d’associer une bonne connaissance des flux financiers globaux et une compétence dans les technologies intelligentes. L’automatisation permettra d’ailleurs de neutraliser l’impact des tâches les plus répétitives comme la collection de données statistiques, et permettra ainsi aux professionnels de se consacrer à des analyses plus précises.

Les marchés à surveiller en 2017
Le premier rapport M&A 2017 de KPMG2 offre quelques éléments de réponse quant aux industries les plus actives en 2017. Sans surprise, le secteur des technologies (TMT) domine le panorama des investissements (45%), ce qui peut s’expliquer par le fait que l’achat de nouvelles technologies est devenu une cible pour un grand nombre d’industries. Le secteur des énergies renouvelables arrive en deuxième position avec 31%, suivi par le secteur pétrole et gaz avec 28%, et l’industrie pharmaceutique (22%).
En termes de cibles géographiques, les Etats-Unis restent la zone préférée des investissements transfrontaliers (79%), malgré l’atmosphère d’attentisme et d’incertitude suite aux élections présidentielles. L’Europe occidentale attire 38% des investissements internationaux.
Cette année encore, la Chine comporte le plus grand nombre d’opportunités de croissance pour les investisseurs occidentaux. Ces derniers semblent cependant encore plutôt frileux face à ce marché très complexe. Acquérir les compétences linguistiques et culturelles de la zone géographique cible sont au cœur de la formation de l’investisseur du futur, quelque chose que les machines n’ont pas (encore) appris…


https://www.bcgperspectives.com/content/articles/corporate-strategy-portfolio-management-corporate-development-are-m-a-deal-making-skills-value-creating-skills/ 
2      https://advisory.kpmg.us/deal-advisory/ma-spotlight/ma-spotlight-january-2017.html 
article à la une
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie une fois connecté à vos identifiants, ceci vous permettant de naviguer pleinement sur notre site.