Fusions & Acquisitions, La première revue des raprochements d'entreprises

AVIS D'EXPERT

Equity story tronquée, fusac mal engagée

par Bleuzenn Pech de Pluvinel, Associée Financial Advisory services,
et Christian Barthelemy, Directeur Capital humain, Deloitte


 
Les aspects industriels, mais surtout humains, sont souvent intégrés trop tard dans la chronologie des fusions-acquisitions. Le vendeur sort du huis-clos de la négociation avec une equity story largement, sinon purement, financière, car destinée d’abord à ses investisseurs. Au moment de rendre publiques ses intentions, il revoit dans l’urgence des volets industriels et RH. Ce faisant, il court un risque d’incohérence, menaçant alors de retarder, voire de faire capoter la transaction. Surtout, il fait manquer à l’acquéreur une occasion d’anticiper ensemble les aspects humains de l’opération – anticipation qui constitue un facteur déterminant de succès. Nous recommandons des equity stories plus exhaustives, co-construites par le vendeur et l’acquéreur, et qui valident d’emblée l’alignement des logiques financières, industrielles et surtout sociales des fusions-acquisitions.

Ce document est accessible aux utilisateurs d'un porte-monnaies électronique et aux abonnés

Vous avez déjà un compte
Identifiants oubliés ?
Créer un compte
article à la une
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie une fois connecté à vos identifiants, ceci vous permettant de naviguer pleinement sur notre site.