Fusions & Acquisitions, La première revue des raprochements d'entreprises

ACTUALITÉS

L’AFFO encourage les jeunes diplômés dans le métier de family office à l’avenir prometteur

Entretien avec Thierry de Poncheville, vice-président
de l’Association Française du Family Office – AFFO 


+ - télécharger en PDF Imprimer Envoyer l'article par e-mail
Le « Prix de l’AFFO »

Le Prix de l’AFFO a été créé en 2013 par la Commission Éducation et Formation de l’association. Ce prix a plusieurs objectifs dont le premier « consiste à faire connaître le métier de family office, relativement nouveau dans le paysage français et assez confidentiel », commente Thierry de Poncheville, vice-président de l’AFFO et président la Commission Education et Formation.
« Le deuxième objectif du prix est de favoriser la recherche et les travaux universitaires pour la profession de family office et, au-delà de la profession, pour les problématiques des entreprises familiales. Dans le terme « family office », il y a le mot « famille ». Le métier de family office consiste à accompagner avec une vision transgénérationnelle la famille dont la fortune provient majoritairement de l’entreprise familiale. Nous avons souhaité sensibiliser les étudiants sur ces questions et favoriser les travaux universitaires permettant de focaliser la recherche sur ces problématiques. L’une des principales questions que la Commission se pose lorsqu’elle décerne le Prix de l’AFFO est l’intérêt que présente la recherche réalisée par l’étudiant, pour les membres de l’association et le métier de family office », explique notre interlocuteur.
« Nous lançons une campagne d’information assez large qui s’adresse à la fois aux universités et aux grandes écoles. Nous informons les professeurs en charge des programmes spécifiquement dédiés à la gestion patrimoniale, aux entreprises familiales. Les mémoires qui nous sont envoyés doivent être validés en amont par les professeurs et impérativement prendre en compte son application à l’entreprise familiale et sa contribution au métier du Family Office, et concerner l’un des domaines de recherche suivants : sciences de gestion (finance, stratégie…), sciences économiques, droit (droit des affaires, droit des sociétés), sciences politiques, sociologie ou psychologie…C’est un comité de lecture interne à l’AFFO, composé des membres de la Commission Éducation et Formation et du Président de l’association, qui analyse les mémoires. Nous faisons aussi appel à des membres pour nous accompagner dans la lecture et la sélection finale », détaille Thierry de Poncheville.
Le prix est attribué chaque fin d’année lors des Rencontres Annuelles de l’AFFO, manifestation qui constitue un temps fort pour l’association, ses membres et les personnes intéressées par l’écosystème que représente l’entreprise familiale. « 150 personnes y participent chaque année », précise le vice-président de l’AFFO.
Pour l’année 2017, la Commission a sélectionné le mémoire d’Aitor Galparsoro intitulé Le poids du goodwill dans la valorisation des entreprises familiales. « Aitor est un étudiant de l’IAE de Bordeaux. Son mémoire est très documenté, très étayé sur le plan des sources. Il a adressé une question intéressante qui touche l’entreprise familiale. C’est l’évaluation du goodwill rattaché au caractère familial de l’entreprise. Il a pris l’exemple d’une entreprise qu’il connaissait dont il a interviewé les gérants-actionnaires familiaux. Sa démarche consistait à démontrer que, selon l’attachement que peut avoir tel ou tel actionnaire à l’entreprise, sa valorisation peut varier. Aitor a essayé de quantifier la valeur que l’on peut donner à l’entreprise du fait de son caractère familial… Ce goodwill, cet élément de valeur propre au caractère familial, comment peut-on le quantifier ? Cette question est très intéressante et l’approche de l’étudiant est originale. Le mémoire évoque les situations que chacun connaît lorsqu’il s’agit de vendre ou acheter une société familiale », commente Thierry de Poncheville, en charge du family office d’une famille entrepreneuriale française, à la tête d’une société cotée.

Le métier de family office

« Le family office est une organisation de personnes qui accompagne et propose conseils et services auprès des familles entrepreneuriales, avec pour objectif ultime de favoriser le développement du patrimoine des familles et la préservation de l’harmonie familiale dans une vision à long terme, « transgénérationnelle ». Une des principales qualités du family officer consiste à identifier les problèmes et à trouver les bonnes ressources pour les résoudre … Le métier implique des compétences multidisciplinaires. Le family officer est un chef d’orchestre amené à interagir avec différents partenaires : banques, avocats, notaires, fiscalistes... dans de multiples domaines (ingénierie patrimoniale, gestion de portefeuille, transmission, fiscalité, risk management, gouvernance familiale, philanthropie...) », précise Thierry de Poncheville.
Faut-il des traits de caractère spécifiques pour exercer ce métier ? « Le family officer doit avoir une grande intelligence émotionnelle c'est-à-dire avoir une bonne compréhension des relations humaines et une forte sensibilité aux questions psychologiques. Ainsi, les domaines liés à la psychologie de l’entrepreneur, aux relations au sein des familles, à la façon dont les décisions sont prises et à la façon de résoudre les conflits, sont au cœur des préoccupations de la Commission Éducation et Formation », explique Thierry de Poncheville.
article à la une
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie une fois connecté à vos identifiants, ceci vous permettant de naviguer pleinement sur notre site.