Fusions & Acquisitions, La première revue des raprochements d'entreprises

ACTUALITÉ DES M&A

Aelios Finance annonce une fusion au sein de son alliance internationale et devient Oaklins

Entretien avec Eric Félix-Faure,
associé-fondateur, Aelios Finance

+ - télécharger en PDF Imprimer Envoyer l'article par e-mail
Créée en 2004, la banque d’affaires Aelios Finance est dédiée à l’univers du small / mid cap, qui « était, de notre point de vue, mal adressé », estime Eric Félix-Faure, associé-fondateur, Aelios Finance. Cette banque d’affaires indépendante intervient dans le coverage corporate finance de manière globale (M&A advisory, ECM, DCM, Capital raising …).
Aelios, qui choisit un positionnement généraliste, a été créée en 2004 par 6 associés. Douze ans plus tard, la maison compte 32 personnes (dont 26 banquiers). Implantée à Paris, à Toulouse et à Lyon, elle a réalisé à ce jour plus de 300 transactions.
En 2015, Aelios est intervenue sur 33 opérations closées dont 3 levées de fonds, le reste étant partagé à parité entre les opérations de LBO et de rapprochement industriel. L’établissement table sur une trentaine d’opérations en 2016.
« Nous avons à notre service une alliance trentenaire de banques d’affaires dans une quarantaine de pays (60 grandes villes) qui rassemble près de 700 professionnels dans le monde. Selon Reuters, sur le segment de 0 à 500 millions d’euros, nous sommes la sixième banque d’affaires mondiale en nombre de deals réalisés », note Eric Félix-Faure.
Aujourd’hui, il a une grande nouvelle à annoncer :
« Nous avons décidé de fusionner au sein de cette alliance pour passer sous le pavillon commun. Nous travaillons sur ce sujet depuis plus de deux ans », explique notre interlocuteur.
Effectif en octobre, ce rapprochement démontre les capacités d’exécution internationale de la banque. « C’est une évolution naturelle de notre alliance – dont le nom historique est M&A International. A l’origine, c’était un réseau qui est devenu une alliance intégrée, avant de fusionner dans une seule et même entité sous un nom commun ».
Ainsi, Aelios Finance – qui avait rejoint l’alliance en 2005 - change de nom pour devenir Oaklins Aelios. « Nous avons monté une partnership mondial avec une organisation classique », précise Eric Félix-Faure.
« C’est une vraie fusion, à l’issue de laquelle la plupart des membres abandonnent leur marque tout de suite. Le but étant de fonctionner de façon encore plus intégrée », souligne-t-il.
Au cours des 5 dernières années, l’entité fusionnée a réalisé 1 500 transactions dont plus de la moitié transfrontalières.
« Au sein de cette alliance, nous avons déployé 14 industry groups au niveau mondial. Aujourd’hui, le but est de monter des équipes ad hoc avec un coverage mondial, avec une expertise industrielle et des connaissances locales », explique le co-fondateur d’Aelios Finance.
« C’est excitant. C’est un pas de plus pour bien servir nos clients. Le marché se globalisant nécessite ce genre de changements… Pour bien servir le client, même petit en terme de taille d’activité, il faut être capable de lui délivrer une expertise sectorielle et un accès international », estime Eric Félix-Faure.
« En terme de fonctionnement sur les transactions, il n’y a pas de révolution mais une simple évolution : C’est une volonté entrepreneuriale des Partners des différents pays qui avaient déjà toutes les cartes en mains pour travailler dans un marché mondialisé. Nous tirons aujourd’hui profit d’une collaboration globale éprouvée », souligne notre interlocuteur.
Selon lui, « c’est un réseau qui se connaît très bien car les membres se rencontrent tous les six mois au niveau mondial et tous les trois mois au niveau des grandes régions. Je connais très bien la totalité de mes associés. Pour nous, il ne s’agit pas d’une greffe à faire prendre mais de l’évolution naturelle d’une organisation existante ».
Cette fusion est un « énorme pas » qui était « compliqué à faire » car les membres du réseau ont chacun leur notoriété nationale et leur marque, souvent ancienne et connue sur le marché. Mais la force du réseau international a convaincu.
« Le rapprochement de ce volume d’entités dans le monde entier demande un travail de longue haleine et de conviction », confie Eric Félix-Faure.
« Ce rapprochement ne changera pas fondamentalement notre mode de fonctionnement mais il créera encore plus de liens », estime le banquier.
« En termes de capacités d’exécution, nous n’avons aucun frein à l’intégration. Nous n’avons pas ce risque majeur de toute fusion car nous connaissons déjà tous les membres du réseau et leurs équipes. Nous avons déjà fait l’intégration. C’est une chance », sourit Eric Félix-Faure.
« Aujourd’hui, il faut être global et avoir une capacité de compréhension mondiale. Mais cela ne suffit pas. Il est également critique de démontrer une profondeur dans la compréhension d’une industrie. Il faut pouvoir comprendre un secteur de manière mondiale au service d’une transaction. Cela permet non seulement d’identifier les acheteurs mais aussi d’arriver à comprendre les dynamiques stratégiques d’une manière fine. Nous sommes en train de déployer au sein de notre organisation des practice leaders qui seront investis systématiquement dans toute transaction concernant leur secteur au sein de la nouvelle entité », note notre interlocuteur.
« C’est une belle aventure entrepreneuriale permettant de créer une institution différente, très centrée autour de l’expertise individuelle, de l’expérience de ses associés, pour mieux servir ses clients. C’est une belle histoire car elle est basée sur la volonté de 40 firmes dans le monde de passer sous le pavillon commun… Nous avons certes de la chance mais aussi nous récoltons les fruits d’un entêtement historique », conclut le fondateur d’Aelios.
article à la une
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie une fois connecté à vos identifiants, ceci vous permettant de naviguer pleinement sur notre site.